Nager, comment débuter ?

Envie de vous mettre à la natation ? On vous présente 4 styles de nage qui pourraient vous plaire. Et pour apprendre dans de bonnes conditions, pourquoi ne pas tester quelques cours.

Quelle nage choisir ?

Choisissez celle qui vous plaît. L'idéal étant toutefois de pratiquer les 4 types de nages, et de les alterner lors de chaque séance, car chacune développe des qualités spécifiques.

La brasse pour la coordination
Très prisée par le débutant car elle permet la respiration en continu, la brasse est une nage plus technique qu'il n'y paraît. Elle réclame une bonne coordination bras-jambes. À la longue, la brasse peut provoquer des douleurs cervicales liées à la position de la tête en hyperextension qui elle-même entraîne une accentuation douloureuse de la cambrure lombaire (lordose). Elle n'est donc pas conseillée chez les personnes qui souffrent d'arthrose cervicale ou hyperlordosée. De même, des douleurs du compartiment interne du genou apparaissent fréquemment (tendinite dite de la « patte-d'oie »).

Le crawl pour l'art de la glisse
C'est la nage la plus rapide et la plus économe du point de vue énergétique. Elle développe l'art de la glisse mais nécessite l'immersion de la tête. Mieux vaut respirer tous les deux temps, autrement dit en alternant le côté de la respiration, au risque d'hyperventiler ce qui fatigue et peut même provoquer des malaises. Le crawl ne nécessite pas d'aptitude particulière, si ce n'est une bonne souplesse des épaules.

La nage papillon, la technique
Très fatigante, la nage papillon ou brasse-papillon n'est pas une nage de débutant. Contre-indiquée en cas de lordose lombaire car elle accentue la cambrure ou de cyphose dorsale, cette nage est très technique.

Le dos pour redresser et aligner sa colonne vertébrale
Nager sur le dos permet de respirer en continu mais cette position peut vite devenir inconfortable. Mieux vaut immerger la tête une fois sur deux pour relâcher sa colonne cervicale. Cette nage réclame également une bonne souplesse d'épaule qui favorise le roulis. Elle est idéale pour redresser et aligner la colonne vertébrale car elle renforce les muscles paravertébraux, trop peu sollicités dans la vie courante.

Apprendre à nager en toute sécurité

La natation s'apprend. Pour cela, des cours peuvent parfois être nécessaires pour avoir les bonnes habitudes.

Bien respirer
La natation réclame une bonne maîtrise de la respiration. Elle est capitale lorsqu'on envisage d'apprendre le crawl et le papillon. Il ne s'agit pas simplement d'immerger la tête ni de retenir sa respiration sous l'eau, mais au contraire de souffler tout le temps de l'immersion, la bouche bien ouverte, de façon active afin de ne pas se fatiguer inutilement. L'expiration doit être la plus complète possible afin de ne pas stocker progressivement du gaz carbonique. Rassurez-vous, les automatismes respiratoires sont pris au bout de quelques séances à condition de prendre les bonnes habitudes.

Prendre des cours
Si la flottaison est naturelle (chacun peut faire la planche), nager pour « avancer » l'est moins. La natation s'apprend. Mais attention : il n'y a rien de plus dur que de corriger les défauts accumulés et « cultivés » pendant des années. Une mauvaise technique fait perdre beaucoup d'énergie et essouffle prématurément. Quand on est débutant, il ne faut pas hésiter à prendre des cours auprès de maîtres-nageurs diplômés pour apprendre les rudiments des quatre nages sans les défauts.

Et pourquoi pas pratiquer la compétition ?
Il existe en effet des clubs qui permettent aux adultes débutants de pratiquer la compétition au bout de quelques mois seulement d'entraînement ! Ce sont les "masters". Chacun concoure dans sa tranche d'âge.