Nous adapter aux défis à venir

POURQUOI LA SANTÉ DOIT-ELLE ÊTRE AU CŒUR DU DÉBAT PUBLIC ?

Stéphane Junique : L'environnement de notre système de santé et de protection sociale connaîtra dans les années à venir de profondes transformations. L'allongement de l'espérance de vie va se poursuivre de manière quasi linéaire et s'accompagnera de l'essor des maladies chroniques. Nous vivrons mieux, mais au prix d'une sollicitation accrue du système de soins. De nouveaux défis se dessinent : la mise en place d'une vraie prévention et la prise en charge des maladies chroniques. Nous les relèverons grâce aux innovations technologiques, en particulier liées au numérique et à la télémédecine qui pourraient se démocratiser et constituer la principale porte d'entrée du parcours de santé. De nouvelles pratiques, comme l'intelligence artificielle, les thérapies géniques et cellulaires, feront leur entrée dans l'offre courante de soins. Enfin, les droits sociaux seront davantage attachés à la personne, et non plus liés aux statuts. Cette évolution préfigurera la protection sociale de demain. Ces tendances s'imposeront aux décideurs publics ainsi qu'aux acteurs du système de protection sociale, dont les mutualistes. Le débat public doit donc s'emparer de ces sujets au-delà des échéances électorales. Nous devons refaire de la santé un enjeu de citoyenneté.
  

EST-CE LE RÔLE D'UNE MUTUELLE D'APPORTER DES RÉPONSES À CES ENJEUX ?

S.J. : J'en suis convaincu. Tout d'abord, nous devons promouvoir une vision neuve des questions de santé, en faisant la preuve de notre capacité à construire avec tous les acteurs des réponses en faveur de la transformation de notre système. Par ailleurs, alors que la pérennité de notre modèle social est interrogée, les mutualistes doivent être davantage encore des maillons indispensables de la chaîne de solidarité pour lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé et diminuer les renoncements aux soins. Nous devons enfin anticiper les profondes transformations à venir pour conforter nos entreprises et préparer les réponses mutualistes de demain. C'est dans cet esprit qu'avec Catherine Touvrey et l'ensemble des membres du conseil d'administration, nous avons bâti le projet « Horizon 2020 » pour faire de notre mutuelle une fabrique de protection collective s'engageant au quotidien pour le bien vivre de chacun de nos adhérents. Toutes ces transformations sont bien engagées. Nous sommes reconnus en tant que premier partenaire santé des entreprises, acteur de prévention, et offreur de soins, de services et de prévoyance. Mais nous devons poursuivre nos efforts en mettant notamment à profit toutes les opportunités offertes par le numérique.
  

L'ANNÉE 2016 AURA MARQUÉ UNE ÉTAPE DÉCISIVE DANS LA CONSTRUCTION D'UN GRAND GROUPE MUTUALISTE

S.J. : Notre assemblée générale a pris une décision importante : construire avec la Mgen, les mutuelles des groupes Istya et Harmonie, le premier groupe mutualiste de protection sociale en France. Nous nous engageons avec force dans ce projet, car il ouvre une nouvelle page pour notre mutuelle. Ce sera l'occasion de renforcer notre capacité à imaginer de nouveaux services et prestations pour nos adhérents. Mais surtout, cela positionne davantage encore Harmonie Mutuelle comme un acteur d'influence dans le mouvement mutualiste et dans le paysage des acteurs du secteur non lucratif. Une belle aventure commence !
  

COMMENT CONCILIER CONSTITUTION D'UN GRAND GROUPE ET DÉMOCRATIE MUTUALISTE ?

S.J. : Notre volonté est claire : construire une mutuelle qui soit proche de ses adhérents et qui réponde davantage encore à leurs besoins. La mutuelle du XXIe siècle que nous voulons construire, c'est celle qui parvient à garder le lien de proximité, qui fait la spécificité des mutuelles en faisant évoluer sa gouvernance pour tenir compte des nouvelles formes d'engagements. Nous avons réuni en 2016 plus de 1 000 délégués pour débattre du rôle et de la place des élus au sein de notre mutuelle. Nous avons réaffirmé leurs missions et fixé des objectifs ambitieux, notamment avec le recrutement de 2019 délégués en 2019, la création du statut de bénévole mutualiste pour associer plus facilement des adhérents qui souhaitent s'impliquer temporairement sur une action portée par la mutuelle, l'accueil de 50 volontaires du service civique en 2017 pour renforcer les liens entre la jeunesse et notre mutuelle, ou encore la mise en place d'un 50e territoire numérique qui permettra d'explorer d'autres formes de militantisme.