Qu'est-ce que le harcèlement scolaire?

Parfois presque invisible pour les professeurs et les parents d'élèves, le harcèlement scolaire est pourtant un phénomène plus courant qu'on ne le pense puisqu'en France 700 000 élèves sont chaque année victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère.

Le harcèlement scolaire a de multiples facettes

L'Éducation nationale définit le harcèlement scolaire comme « une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique », fondée sur le rejet de la différence et la stigmatisation de certaines particularités – apparence physique, centres d'intérêts différents, etc.

Un phénomène qui touche en priorité les plus jeunes puisque 14% des élèves de primaire et 12 % des collégiens se disent harcelés, contre seulement 2 à 3% des lycéens.

Les conséquences d'un harcèlement scolaire peuvent être graves et prendre diverses formes :

  • Un décrochage scolaire voire une déscolarisation (des études montrent que la peur des agressions expliquerait 25% de l'absentéisme des collégiens et lycéens),
  • Une désocialisation de l'enfant, anxiété, dépression,
  • De la somatisation (maux de tête, de ventre, maladies),
  • Des conduites autodestructrices, voire suicidaires.

Le harcèlement peut également avoir des conséquences importantes à long terme sur le développement psychologique et social de l'enfant et de l'adolescent : sentiment de honte, perte d'estime de soi, difficulté à aller vers les autres et développement de conduites d'évitement.

Bon à savoir :

Harmonie Mutuelle va plus loin que le simple cadre assuranciel et s'engage aux côtés de ses assurés en leur proposant une Garantie des Accidents de la Vie (GAV) comprenant la couverture d'une partie des éventuelles conséquences d'un harcèlement scolaire ou d'un cyber harcèlement (assistance juridique, aide psychologique téléphonique, aide pour l'école à domicile en cas de phobie scolaire, etc.).

Le cyber harcèlement, nouveau visage du harcèlement scolaire

Avec la montée en puissance d'internet et des réseaux sociaux, omniprésents dans nos vies dès le plus jeune âge, une nouvelle forme de harcèlement a vu le jour : le cyber harcèlement.

Sa particularité est qu'en plus de pouvoir se cacher dans l'anonymat, les harceleurs peuvent atteindre leur victime même en dehors du cercle scolaire, à la maison, dans sa chambre, à toute heure du jour ou de la nuit.
La victime de cyber harcèlement n'a alors plus de répit et peut perdre pied d'autant plus facilement.

Ainsi, l'Éducation nationale recense que :

  • 18 % des collégiens déclarent avoir subi au moins une atteinte via les réseaux sociaux ou par téléphone portable (usurpation d'identité, vidéos humiliantes ou diffusion de rumeurs) ;
  • 11 % des élèves déclarent avoir été insultés ou humiliés via ces nouvelles technologies ;
  • 7 % des collégiens ont déclaré avoir subi au moins trois atteintes différentes, ce qui s'apparente à du cyberharcèlement. Il est davantage subi par les filles (8 % contre 6 % pour les garçons) et les élèves de 3e.

Les pouvoirs publics sont bien conscients des impacts du harcèlement scolaire et cyber harcèlement. En 2018, à l'occasion de la journée nationale de lutte contre toutes les formes de harcèlement, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer expliquait : « Les phénomènes de harcèlement ne sont pas nouveaux, mais ils ont pris une nouvelle ampleur, notamment avec internet. C'est pourquoi, cette année, nous avons particulièrement insisté sur le cyberharcèlement et que, par la mesure d'interdiction du portable au collège, ainsi que par la montée en puissance de l'éducation aux médias, nous envoyons un signal clair pour un usage réfléchi et raisonné des réseaux sociaux ».


Pour aller plus loin :

Ces articles pourraient vous intéresser : 


Sources :
« Harcèlement scolaire, un enfant sur dix est concerné », Le Monde, 09/11/2017.

Publié le 16/07/2019