La protection sociale du créateur d'entreprise

Parmi les nombreuses décisions du créateur d'entreprise figure le choix du statut juridique de l'entreprise. Celui-ci va conditionner votre statut social, votre statut fiscal mais également votre protection sociale.

L'impact du statut juridique
 

Entreprise individuelle, Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), Société à responsabilité limitée (SARL), Société en nom collectif (SNC), Société anonyme (SA), auto-entreprise… Selon la forme juridique retenue :

  • Vous aurez un statut social de professionnel indépendant ou d'assimilé salarié ;
  • Vous serez assujetti à l'impôt sur le revenu en régime réel, en régime réel simplifié, en régime de la micro-entreprise ou encore à l'impôt sur les sociétés ;
  • Votre protection sociale et vos cotisations sociales diffèreront.

La protection sociale obtenue
 

Lorsque son entreprise repose entièrement sur soi, il est essentiel de tout prévoir pour protéger sa pérennité. Vous devez aussi penser à vous prémunir, vous et vos proches, contre les risques encourus en cas d'accident de santé, d'invalidité ou de décès. De même, préoccupez-vous du niveau de retraite auquel vous pourrez prétendre. En tout état de cause, votre retraite obligatoire n'excèdera pas la moitié de vos revenus professionnels rendant indispensable un complément de revenu.

Certains dispositifs d'accompagnement à la création d'entreprise prévoient des exonérations de cotisations sociales, ainsi que des aides financières.

Prenez l'avis des spécialistes d'Harmonie Mutuelle.