Qu'est-ce qu'une assurance vie, définition

minute(s) de lecture
Mis à jour le

L'assurance vie est une solution d'épargne pour préparer vos projets : vous constituer un complément de revenus pour la retraite, transmettre une partie de votre patrimoine, protéger votre famille... Harmonie Mutuelle répond à toutes vos questions pour vous permettre de comprendre ce qu'est réellement l'assurance vie.

Comment fonctionne une assurance vie ?

Première décision à prendre si vous optez pour un contrat d'assurance vie : choisir votre type de placements. Soit sur des fonds en euros, en unités de compte ou un mix des deux avec un contrat multi-supports. Tout dépend de votre profil d’épargnant, entre recherche de sécurité et acceptation d’un certain risque.

Pour alimenter votre contrat d'assurance vie et constituer votre capital, vous pouvez :

  • Effectuer un versement libre, ponctuel, lorsque vous le souhaitez (voir conditions au contrat) ;

  • Mettre en place un versement programmé, pour alimenter votre épargne de façon régulière (une somme déterminée est prélevée chaque mois sur votre compte) ;

  • Faire un « versement exceptionnel » lorsque vous touchez une prime par exemple.
    C’est un produit d’épargne souple qui s’adapte à votre rythme !

Vous avez un projet qui se concrétise plus vite que prévu ? Le capital placé sur votre assurance vie reste disponible à tout moment, même si une fiscalité différente sera appliquée en fonction de l'âge de votre contrat au moment du retrait.

 

Comment est imposée l’assurance vie ?


La fiscalité de l'assurance vie est l’un de ses atouts majeurs. Elle atteint son avantage maximum au bout de 8 ans de placement.

 

Bon à savoir :
Tant que l'argent reste placé sur votre contrat d'assurance vie, le capital n'est soumis à aucune taxation, exceptés les intérêts qui sont soumis chaque année aux prélèvements sociaux de 17,2%.

 

Ce sont les rachats (retraits d’argent sur votre contrat) qui sont imposés au prélèvement forfaitaire libératoire, seuls les intérêts sont imposés.

Il faut savoir qu’il subsiste 2 types d’imposition selon la date à laquelle vous avez souscrit votre contrat d'assurance vie :

Si vous avez souscrit votre contrat d'assurance vie après le 27 septembre 2017 

  • Pour un rachat (retrait) entre 0 et 8 ans après la date de souscription, le prélèvement forfaitaire libératoire sera de 12,8% uniquement sur les intérêts !

  • Pour un rachat après 8 ans, le prélèvement forfaitaire libératoire sera de 7,5% pour les intérêts correspondant à des versements jusqu'à 150 000 € maximum et de 12,8% pour les intérêts correspondant à des versements au-delà des 150 000 €.
    Vous serez exonéré d'impôts à hauteur de 4 600 euros d'intérêts si vous êtes célibataire, veuf ou divorcé et 9 200 euros d'intérêts si vous êtes marié ou pacsé. Le prélèvement forfaitaire libératoire s'appliquera seulement sur la partie des intérêts qui dépasse ces exonérations.

 

Si vous avez souscrit votre contrat d'assurance vie avant le 27 septembre 2017

  • Pour un rachat entre 0 et 4 ans d'ancienneté, les intérêts seront soumis à un prélèvement forfaitaire libératoire de 35%.

  • Pour un rachat entre 4 et 8 ans, le prélèvement forfaitaire libératoire sera de 15%.

  • Pour un rachat après 8 ans, le prélèvement forfaitaire libératoire sera de seulement 7,5%. Au-delà de 8 ans, vous serez exonéré d'impôts à hauteur de 4 600 euros d'intérêts si vous êtes célibataire, veuf ou divorcé et 9 200 euros d'intérêts si vous êtes marié ou pacsé.

Comment transmettre grâce à l’assurance vie ?

L’assurance vie est une solution idéale pour optimiser votre succession !

 

C’est une deuxième décision importante à prendre quand vous souscrivez un contrat d'assurance vie : choisir un ou plusieurs bénéficiairesqui toucheront le capital ainsi que ses intérêts si vous veniez à décéder. Un ami, un voisin ou une association, vous êtes entièrement libre de choisir le ou les bénéficiaires de votre choix, y compris en dehors de vos héritiers légaux.

Vous pouvez également indiquer la répartition de votre choix entre les bénéficiaires et de favoriser un bénéficiaire plutôt qu'un autre, par exemple en choisissant une répartition de 10% pour l'un et 90% pour l'autre bénéficiaire.

Ces articles pourraient vous intéresser

Voir tous les articles